Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Premiers Italiens à Montréal

1 janvier 1856

Ce texte comportera de nombreux détails à propos des premiers Italiens à Montréal, plus précisement un peu après leur arrivée soit fin du dix-neuvième siècle mais l'emphase sera portée sur le vingtième siècle.

Les premiers Italiens arrivèrent au Canada vers le 19ième siècle. Ils sont nombreux à arriver à Montréal. Cette ville était pour eux une éventuelle chance de trouver un emploi. Plusieurs sont ceux qui croyaient avoir trouvé l'endroit pour faire fortune. C'est là que pour la première fois, une forte population d'Italiens émigrés au Canada a pris racine et crée une entité socio-économique et culturelle appelée parfois "petite Italie". C'est vers la fin du 19ième siècle que l'immigration italienne au Canada a pris de l'ampleur. Au 20ième siècle, il y a un fort courant migratoire en provenance de l'Italie. Vers les années 1903, le gouvernement souligne une population italienne de 3000 personnes ajoutant que le caractère approximatif des données ne permet pas de faire une division nette entre le nombre d'Italiens établis de façon permanente, et ceux qui forment l'immigration flottante. La majorité de ces familles proviennent du Midi, Molise et Campanie. POur ce qui est du lieu où ils sont situés, ils sont dans la zone allant de la rue Beaudry (à l'est) à la rue St-Urbain (à l'ouest) et de la rue Notre-Dame à la rue Ontario. Ils sont situés en partie à cet endroit vu le coût du loyer ainsi que l'accès au travail. Il était difficile pour les Italiens de trouver de l'emploi puisqu'ils ignorent les démarches à suivre pour trouver un emploi, et c'était semblable pour les employeurs de trouver de la main d'oeuvre italienne. La solution requise après la constatation d'un tel problème, sera les agents d'emplois. Pour ceci, ces agents demanderont aux immigrants une "taxe d'embaucher", c'est à dire un montant que chacun d'eux devront remettre à leurs employés pour travailler. Il y a un gros réseau de contact qui informe plusieurs personnes ayant un bon statu (ex: enseignants, maître, maître de poste etc.). Ils expliquent quels moyens utiliser pour se procurer un passeport ainsi que tout ce qui sera utile pour voyager de l'Italie à Montréal pour ainsi trouver un emploi. Il y a aussi de nombreux services qui seront offert "puisqu'en plus d'orienter physiquement des milliers de travailleurs de leur paesi vers la métropole québécois et d'autres lieux de travail, il faut aussi organiser leur séjour dans la ville". Ces services ont fortement contribués à une forte immigration de la population italienne. Cette main d'oeuvre a contribué à la construction de chemin de fer, pour le chemin Pacifique, le transcontinental National, le Canadien Nord etc. Somme toute, ils ont été très utiles pour l'économie de Montréal et même du pays et c'est pourquoi ils ont ainsi leur place dans un grande ville, Montréal,


En référence: Ramirez, Bruno "Les premiers italiens de Montréal", Boréal Express, 1984, Montréal



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke