Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Intervention majeure de l'Unité permanente anti-collusion

17 avril 2012

L'opération Gravier, qui est déployée à Mascouche, se solde par 15 accusations et 47 chefs d'accusation, tous en lien avec la corruption. Il s'agit de la première frappe majeure de l'Unité permanente anti-collusion (UPAC), créée en 2010 par le gouvernement libéral après le dévoilement de scandales de corruption et de collusion dans le domaine de la construction.

L'opération Gravier permet de démanteler un vaste système utilisé depuis 2005 afin de fausser l'octroi de contrats publics. Selon les enquêteurs, d'importantes sommes d'argent se trouveraient d'ailleurs dans des paradis fiscaux grâce à ce système de fraudes et de corruption. La liste d'accusés de l'opération Gravier compte des personnalités importantes du monde de la construction, du secteur municipal et des firmes de génie-conseil. Une des plus connues est Tony Accurso, propriétaire de Constructions Louisbourg et de Simard Beaudry construction inc. Cet homme d'affaires avait déjà été mêlé à d'autres scandales de corruption, deux de ses compagnies ayant été reconnues coupables en 2010 d'une fraude fiscale de 4 millions à l'endroit du gouvernement fédéral. L'un de ses partenaires d,affaires, Normand Trudel, est également arrêté. Ce dernier retient l'attention de la presse par son implication dans le financement des partis politiques provinciaux et par le fait que sa compagnie, Transport et Escavation Mascouche (TEM), aurait reçu 40 millions en contrats de la Ville de Mascouche entre 2000 et 2009. Le maire de Mascouche, Richard Marcotte, n'est d'ailleurs pas épargné par la rafle d'arrestations. Critiqué pour l'absence de résultats dans la lutte à la corruption, le premier ministre libéral Jean Charest rappelle que l'opération Gravier prouve que « personne n'est au-dessus de lois ». Les chefs de l'opposition craignent pour leur part que les récentes arrestations par l'Upac ne soient que la pointe de l'iceberg.


En référence: Le Devoir, 18 avril 2012, p.A1; http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201204/17/01-4516238-frappe-de-lupac-un-ex-benevole-de-lannee-du-plq- arrete.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4516210_article_POS1; http://www.letraitdunion.com/Municipal/2012-04-17/article-2957268/L%26rsquo%3BUPAC-fait-un-bilan-de-son-intervention-a-Mascouche/1.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke